La Hongrie se reboise

La Hongrie se reboise

14 octobre 2019 1 Par Charles

Pour le bien-être de ses habitants et l’acuité de son agriculture, la Hongrie mise sur les arbres et la forêt. D’autres pays européens font de même. Les objectifs sont importants, et les réalisations déjà visibles importantes. C’est une saine gestion de la maison commune nationale qui se dessine ici.

Accroître le couvert forestier

Le mardi 8 octobre 2019, la Magyar Nemzet, l’un des quotidiens les plus qualitatifs de Hongrie, évoquait le programme forestier national de ce beau pays d’Europe centrale.

Les plantations d’arbres ont déjà commencé à Budapest ainsi que dans différentes villes de province et divers villages. Aujourd’hui, ce ne sont encore que de petits arbustes, mais qui deviendront grands et porteront une ombre bienfaisante le long des trottoirs et axes routiers.

Actuellement, la Hongrie est recouverte à 20 % de forêts. À l’issue du programme forestier national en vigueur, cette surface passera à 27 % du pays. Ce sont plus de 106 milliards de forints qui ont été débloqués en sa faveur. Le projet s’appuie en grande partie sur les agriculteurs, dont les aides seront rehaussées.

Les bienfaits des arbres

Aujourd’hui, la mode est au réchauffement – ou, du moins, au changement – climatique. Même si on n’y croit pas, l’aubaine est bonne pour quiconque veut trouver des subventions et financements pour améliorer son lieu de vie, qu’il s’agisse d’une maison… ou d’un pays !

En outre, refuser le diktat écologiste n’empêche pas d’envisager un changement, refroidissement ou réchauffement climatique réel, à plus ou moins longue échéance. Ici, les arbres sont toujours bénéfiques, et mieux vaut prendre les devants pour les planter !

C’est ainsi que les arbres, comme tous les végétaux, consomment du carbone lors de la photosynthèse. Ils ont leur utilité aussi bien dans les zones habitées (voire densément peuplées) que dans celles où les hommes sont quasi absents.

Horváth Zsolt, ingénieur agronome et environnemental commentant le programme national forestier hongrois, explique encore que par l’évaporation les arbres atténuent les effets « îlots de chaleur » et purifient l’air, ce qui est appréciable dans les espaces urbains. Surtout, ils tempèrent la globalité d’un climat en régulant les précipitations et les taux d’humidité. Leurs racines et leurs ombrages, ainsi que les écosystèmes qu’ils abritent, améliorent la qualité et la longévité des sols. Les arbres nettoient parallèlement relativement rapidement les sols « contaminés ».

Et c’est encore une matière première pour nourrir les sols ou obtenir des matériaux de construction de grande qualité, ou se chauffer !