New York veut bannir le foie gras…

New York veut bannir le foie gras…

18 novembre 2019 0 Par Charles

La rupture entre villes et campagnes n’est pas cantonnée à un seul pays ; elle est mondiale. Des populations urbanisées n’ayant presque plus aucun contact avec le réel sont prêtes à embrasser n’importe quelle idéologie. De même, on peut faire croire n’importe quoi aux populations étrangères à telle ou telle réalité (pensez à la corrida par exemple). Alors que le gavage est interdit en Pologne, en Allemagne ou encore en Argentine, les États-Unis commencent eux aussi à s’y mettre…

La ville de New York en guerre contre les palmipèdes

On le sait, les États-Unis forment un pays à l’échelle d’un continent. C’est un territoire empreint de contrastes, où cependant le goût des libertés diminue de jour en jour. L’écart est important entre les ruraux et les métropolisés, si bien que les deux côtes américaines incarnent ce qu’il y a de plus progressiste aux USA.

Il n’est donc guère étonnant que la municipalité de New York ait mis sur le tapis, le mercredi 30 octobre 2019, un moratoire visant à interdire les restaurateurs de la commune de servir du foie gras, sous peine d’une amende de 1 000 dollars. Le tout au prétexte d’un prétendu bien-être animal… Bien sûr, les votants n’ont jamais à assister en chair et en os à du gavage, ni même – très probablement – déjà entrevu un canard mulard ou de Barbarie vivant…

Malheureusement, ce n’est qu’un début

Dans le monde, les pays interdisant le gavage voire le foie gras se multiplient. Certes, il est vrai que l’hypocrisie aidant le gavage est souvent interdit alors même que le foie gras continue d’être commercialisé, emportant encore l’adhésion de ceux-là mêmes qui, dans les hémicycles, ont pu voter contre le gavage des palmipèdes…

Le contexte actuel doit tous nous inciter, plus que jamais, à nous mettre à un gavage domestique, éventuellement clandestin dans certains États, pour pouvoir préserver une indépendance alimentaire et des coutumes ancestrales. Tout cela fasse à un monde de pharisiens qui chancelleraient à la vue d’un « saignage » traditionnel et préfèrent la lâcheté de méthodes électrico-industrielles. Mais cela ne les empêche pas de voir des « tortures » partout, alors même qu’ils ne sourcillent pas devant l’élimination précoce de vies humaines…